Sunless Sea – OST

Sunless Sea est un jeu vidéo de stratégie offert sur plusieurs plateformes. Il comporte une esthétique sombre qui rappel l’univers de Lovecraft mêlé d’une ambiance Steam Punk.

Cependant ce n’est pas le jeu lui même que je désire partager ici, mais bien sa trame sonore.

Composée par Maribeth Solomon et Brent Barkman, elle est empreinte d’une sonoritée classique et possède une profondeur insoupçonnée. Un très bel album de musique à écouter.

J’ai choisi ici la pièce « Elegiac », la piste quatre de l’album. Bonne écoute.

Sunless Sea OST

by Maribeth Solomon et Brent Barkman

Maribeth Solomon compose depuis plusieurs années des pièces musicale pour la télévision et le cinéma. Elle en nomination pour plusieurs prix.

Elle publie principalement avec son époux Micky Erbe et ils ont leurs propres studio de production nommé Mickymar Productions.

Brent Barkman est quant à lui compositeur de musique de films et de séries télévisées. On lui doit entre autre la musique de Babar l’éléphant.

Source:Wikipedia.

Vers_Sans_Suites : 6mots

—1—
Sans confiance,
     la justice est aveugle.

***

—2—
Oeil pour oeil…
   Six mots laids.

***

—3—

Sous ce ciel
 Pleut des bombes

Hambourg 1943

***

—4—
Belle à croquer…
        Le temps mord.

Death: « It is I who make you serious; let us embrace each other », plate 20 of 24. Odilon Redon. 1896.

***

—5—
Dans la foule
        que je disparate.

#6mots

Gh0ST 2020

Georges Moustaki – Ma Solitude

Préface de Georges Brassens.

Il existe encore des poètes. Mais ils se cachent çà et là entre deux pierres ou dans des trous d’aiguilles. On les traques sans relâche. (Pères indignés. Faut embrasser une carrière. Gagner sa vie. Que vont dire les gens !)

Ils meurent presque tous très jeune, les poètes et l’homme leur survit comme on raconte. Bien sûr, un certain nombre échappe au massacre. Et alors on les fête, comme une victoire nationale. On les cajole, on les appelle « cher maître » au sérieux, on se délecte à les écouter chanter leur feu ni lieu d’avant la ratification. (Les bourgeois sont troublés de voir passer les geux de Richepin ou d’ailleurs). Mais quand ils n’en menaient pas large, on leur fermait la porte au nez.

Moustaki en est un. Il a eu vingt ans tout à l’heure et c’est plus difficile qu’on ne le suppose. (Le petit cheval de Paul Fort, dans le mauvais temps, qu’il avait donc du courage). Il écrit des chansons entre les lignes. Il aurait pu bâcler des insanités et se faire chanter par la canaille lyrique. Il a choisi les chemins escarpés, les chemins coupés. Il fait confiance au public. Il aura sa récompense.

Un temps viendra où les chiens auront besoin de leur queue et de Moustaki, poète inébranlable, et ceux qui s’apprête à le mordre aujourd’hui lui passeront la main dans les cheveux, s’il lui en reste.

Soyez bon pour les animaux, même les tigres. Chante Moustaki. Ta chanson s’envolera vers des oreilles. Le temps s’en charge. Tu n’est pas seul. Écoute Guy Charles Cros:

        « Avec des mots chantés à voix profonde et douce
         Avant qu’un peu de terre emplisse notre bouche
         Confiez à la vie notre lucide amour,
         C’est là notre travail sans trêve et notre fête,
         Notre raison de vivre et de mourir poète,
         Notre unique et divin recours. »

Georges Brassens, mai 1954

MA SOLITUDE
Une chanson de Georges Moustaki.

Pour avoir si souvent dormi
avec ma solitude
je m’en suis fait presque une amie
une douce habitude
elle ne me quitte pas d’un pas
fidèle comme un ombre
elle m’a suivit çà et là
aux quatre coins du monde

Non je ne suis jamais seul
avec ma solitude

Quand elle est au creux de mon lit
elle prend toute la place
et nous passons de longues nuits
tous les deux face à face
je ne sais vraiment pas jusqu’où
ira cette complice
faudra-t-il que j’y prenne goût
ou que je réagisse

Non je ne suis jamais seul
avec ma solitude

Par elle j’ai autant appris
que j’ai versé de larmes
si parfois je la répudie
jamais elle ne désarme
et si je préfère l’amour
d’une autre courtisane
elle sera à mon dernier jour
ma dernière compagne

Non je ne suis jamais seul
avec ma solitude…

Non je ne suis jamais seul
avec ma solitude.

Source: Georges Moustaki / Le Meteque. Polydor 543.510

#one_year_of_Cohen – 4th Entry

La fête de la compassion.

La St-Valentin n’est pas nécessairement une fête de joie pour ceux et celles qui sont seuls ou malheureux.

Pour trouver le bonheur et l’amour, il faut avant tout prendre la décision de se donner une chance. S’ouvrir à soi.

La compassion débute là, en soi, et non dans le regard des autres. Cette musique et ce texte de L. Cohen nous invite à s’écouter, à s’aimer et à choisir de guérir.

Pour moi elle a véritablement eu cet office. Une sorte d’épiphanie. Elle me rend bien.

Il y a deux chansons dans la video. La seconde est une berceuse portée par la voix profonde de Leonard et que je trouve fort apaisante.

Bonne écoute et bonne St-Valentin.

Come Healing & Lullaby. Album: Old Idea, L. Cohen.

l’Errance

Dans les eaux noires, tumultueuses
Comme dans l’espace et ses étoiles.
Nous projetons nos âmes rêveuses,
En quête d’espoir et d’idéal. 

Chaque méandre nous dévoile
Ses charmes, méduses et nébuleuses
Dans les eaux noires, tumultueuses
Comme dans l’espace et ses étoiles.

Qu’elles soient sirènes, muses sidérales
Qu’elles soient trompeuses ou bien moqueuses
Fais ta voix, ton périple astral,
Avant la fin, cette mort odieuse.
Dans les eaux noires, tumultueuses
Comme dans l’espace et ses étoiles.

Gh0ST 2020

Illstr: o’WiSP 2020

Le Rondel:

Poème à forme régulière, très en vogue à la fin du Moyen Âge, et que les poètes contemporains ont remis en usage.

Dans ce poème formé de 12 à 14 vers avec 3 couplets, le premier ou les deux premier vers de la première strophe se répètent à la fin des autres strophes, comme un refrain.

Le rondel le plus connu est: « le Printemps et le renouveau » de Charles d’Orléans:

« Le Temps a laissé son manteau
De vent, de froidure et de pluie,
Et s’est vêtu de broderie
De soleil rayant, clair et beau. »

« Il n’y a bête ni oiseau
Qu’en son jargon ne chante ou crie:
Le Temps a laissé son manteau
De vent, de froidure et de pluie. »

« Rivière, fontaine et ruisseau
Porte en livrée jolie
Gouttes d’argent, d’orfèvrerie,
Chacun s’habille de nouveau,
Le Temps a laisser son manteau
De vent, de froidure et de pluie. »

Source Encyclopédie Universelle Grolier Quillet 1969. Définition d’un Rondel.

Illstr: Hergé

La Musique


Un sonnet de Charles Baudelaire.

La musique souvent me prend comme une mer!
        Vers ma pâle étoile,
Sous un plafond de brume ou dans un vaste éther,
        Je met à la voile.

La poitrine en avant et les poumons gonflés
        Comme de la toile,
J’escalade le dos des flots amoncelés
        Que la nuit me voile;

Je sens vibrer en moi toutes les passions
        D’un vaisseau qui souffre;
Le bon vent, la tempête et ses convulsions

        Sur l’immense gouffre
Me bercent, d’autres fois, calme plat, grand miroir
        De mon désespoir!

Illstr: unknown